Par Claudie Eustache

Pour poursuivre notre série sur la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD), nous allons aborder dans ce billet l’Objectif 11 : Villes et Communautés durables. Plus spécifiquement, cet objectif vise à «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables. »

Bien qu’il soit une coïncidence que cet objectif et Communauté Durable (CD) aient des noms similaires, ceux-ci sont, en pratique, très fortement liés. En plus de l’esprit communautaire de CD (mutualisation des coûts, partage d’information, éducation), de nombreuses villes et municipalités régionales de comté (MRC) y ont adhéré afin de valoriser des projets visant à réduire leur impact environnemental. Bien que leurs pouvoirs et ressources soient parfois limités, les villes ont des responsabilités qui leurs permettent d’agir de façon concrète et significative dans la lutte aux changements climatiques. Que ce soit par la gestion de leurs bâtiments et équipements ou leur responsabilité de premier plan en gestion des déchets, les municipalités disposent de plusieurs atouts pour faire preuve de leadership environnemental et donner l’exemple aux organisations de leur région. Ainsi, les municipalités participant à CD permettent de mettre en œuvre 4 des 10 sous-objectifs de l’ODD 11:

11.4 Renforcer les efforts de protection et de préservation du patrimoine culturel et naturel mondial.
Plusieurs membres de CD sont des municipalités québécoises ayant mis en place des programmes de compostage municipal ou ayant amélioré leurs centres de tri afin de réduire la quantité de résidus envoyés à l’enfouissement. Améliorer leur gestion des déchets permet aux villes et communautés locales de protéger leurs paysages et leur patrimoine naturel en limitant la contamination de l’environnement et en limitant le besoin de dédier des terres à l’enfouissement des déchets (dépotoirs).

11.6 D’ici à 2030, réduire l’impact environnemental négatif des villes par habitant, en accordant une attention particulière à la qualité de l’air et à la gestion, notamment municipale, des déchets.
Comme mentionné au sous-objectif précédent, les projets de gestion de déchets (en particulier de compostage) réalisés par les municipalités membres de CD participent à réduire leur impact environnemental. Mais il est aussi important de mentionner les projets de conversion énergétique qu’elles mettent en place, qui sont aussi particulièrement utiles pour réduire la pollution atmosphérique. La réduction de consommation d’énergies fossiles permet aussi de réduire la production de polluants tels que le SOx et les micro-particules, ce qui est particulièrement important pour le maintien d’une bonne qualité d’air pour les citoyens.

11.a Favoriser l’établissement de liens économiques, sociaux et environnementaux positifs entre zones urbaines, périurbaines et rurales en renforçant la planification du développement à l’échelle nationale et régionale.
Communauté Durable participe au renforcement des liens entre les différentes zones géographiques par la valorisation des initiatives locales pour la réduction des GES. Elle permet ainsi un échange entre les différentes communautés sur les projets et méthodes permettant de relever le défi climatique et de financer la transition énergétique à travers tous les territoires.

11.b D’ici 2020, accroître considérablement le nombre de villes et d’établissements humains qui adoptent et mettent en œuvre des politiques et plans d’action intégrés en faveur de l’insertion de tous, de l’utilisation rationnelle des ressources, de l’adaptation aux effets des changements climatiques et de leur atténuation et de la résilience face aux catastrophes, et élaborer et mettre en œuvre, conformément au Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (2015-2030), une gestion globale des risques de catastrophe à tous les niveaux.
Les projets valorisés par CD permettent aux municipalités et territoires locaux d’utiliser de manière plus rationnelle les ressources en réduisant leur consommation d’énergie (sous toutes ses formes, incluant l’énergie fossile) et en favorisant l’économie circulaire. Les projets de gestion des déchets permettant de les détourner de l’enfouissement facilitent le retour des matières matières dans l’économie grâce au recyclage et à la valorisation des déchets organiques par le compostage.

Municipalité de Causapscal

La municipalité de Causapscal est une petite ville de 2 315 habitants du Bas-Saint-Laurent. La municipalité a implanté un projet de réseau de chaleur à la biomasse forestière reliant 7 bâtiments. L’objectif principal de ce projet était de remplacer le mazout comme matière première pour le chauffage afin de réduire les émissions de GES. Cette initiative a permis d’optimiser l’utilisation d’énergie pour le chauffage des bâtiments et de passer d’une énergie fossile importée à une source d’énergie locale et renouvelable.

L’écocentre de la MRC de Témiscamingue
La MRC de Témiscamingue regroupe 19 municipalités. Son écocentre fait partie du Centre de valorisation du Témiscamingue (CVT), où les matières résiduelles de la région sont acheminées, récupérées, recyclées et compostées.

La récupération de biomasse urbaine, le compostage des matières organiques ainsi que le recyclage du papier et du carton évitent l’envoi de résidus valorisables dans les dépotoirs. Ceci prévient la production de GES issus de la décomposition de résidus organiques (principalement le méthane) et les risques de contamination du sol et de la nappe phréatique.